INFO : La BEP

LA BEP
(Brigade Environnement

Proximité)

Ce sont des agents de la ville et comme nous tous ils ont une mission, un cadre d’emploi, et des difficultés à se faire entendre , comme nous tous.

Ceci étant, ils ont une spécificité indéniable par rapport à la plupart d’entre nous, ils sont confrontés au quotidien à ce que la société génère de plus compliqué et que l’on nomme pudiquement : incivilités.

Complexe car ce vocable englobe différents types de comportements qui se multiplient et qui créent un sentiment de malaise lorsque l’on y est confronté.

Ce sont ces personnes en perdition qui squattent la voie publique, ce que l’on nomme les « punks à chien », ce sont tous ceux qui prennent la ville pour une poubelle à ciel ouvert, qui cassent le mobilier urbain…etc

Leur mission est délicate et ils sont 20 agents (effectif théorique car ils ont droit aussi d’avoir une vie) pour l’accomplir avec peu de moyens mais, parce que la visibilité reste encore dissuasive, ils ont un uniforme.

Bien sûr, et il suffit de se référer à l’actualité pour le comprendre, cela ne constitue pas un rempart contre ceux qui sont totalement désocialisés et pour qui la violence constitue le seul mode d’expression, mais ça compte tout de même.

Aujourd’hui , pour des raisons assez simples à deviner, la Ville veut les faire intervenir en civil ( mais attention avec un gilet pare balles comme l’a dit l’adjoint à la sécurité, donc ce n’est pas sans risque cette mission) parce qu’il y a espoir de faire grimper le taux de verbalisation.

Pour les rassurer, on leur explique qu’on va leur adjoindre des collègues dédiés de la PM chargés de leur protection ( la PM est déjà au bord de l’explosion !)

On leur dit même qu’il s’agit d’une expérimentation et de manière implicite qu’ils seraient les cobayes chargés de vérifier si la pensée technocratique se vérifie sur le terrain.

Ce qu’ils demandent , c’est un statut, des formations qui leur permettraient de ne pas être des assistés et d’exercer dignement leurs fonctions.

Ils assument pleinement la charge qui est la leur et ne demandent qu’à gagner en efficacité.

FO les soutient dans leur combat , et nous étions avec eux Mardi à l’Hôtel de ville, en présence de la presse pour les accompagner dans leur lutte pour obtenir quelque chose de simple mais qui se heurte à l’absurdité de notre système.

Nous n’étions qu’une poignée présents mais cela n’a guère d’importance car ce n’est pas le nombre qui compte mais la justesse de la revendication et la détermination des agents à obtenir ce qui est légitime.

Malgré tout nous faisons toujours le même constat, la solidarité s’efface de plus en plus au profit d’un endormissement de chacun et cela fait le jeu des détenteurs du pouvoir.

Alors nous interpellons le Maire qui a fait de la sécurité et de la propreté un axe fort de son mandat, et nous lui disons :

Monsieur le Maire, vous démontrez bien souvent et encore dernièrement sur le plan politique, votre capacité à vous extraire de la médiocrité ambiante.

Ne pensez vous pas que pour ce qui concerne une volonté que vous avez affirmée, il serait bien de mettre en adéquations les idées et les actes ?

Lorsque vous avez des agents qui font tout pour améliorer la qualité de service à la population, n’y a t il pas de l’incohérence à leur refuser les moyens qu’ils demandent ?

Est il normal que leur hiérarchie à qui ils font remonter leurs revendications légitimes depuis un an, fasse barrage voire même fasse pression sur eux pour qu’ils se taisent ?


FO demande à tous nos collègues

de faire une chose simple,

qui ne relève pas du sacrifice

suprême ! ;

Envoyez ce message sur la boite FO :


fo@saint-etienne.fr

( anonymat garanti )

« Je soutiens mes collègues de la BEP »,


C’est aussi une manière

de lutter !


Info BEP 02/11/2017 (à lire)
Article Le Progres BEP 1-11-17 (à lire)

LA FONCTION PUBLIQUE UN MODÈLE A DÉFENDRE ET À PRÉSERVER

COMMUNIQUÉ COMMUN DES 7 ORGANISATIONS SYNDICALES FO – CGT – CFDT – CFTC – FSU – SOLIDAIRES – FA DE LA FONCTION PUBLIQUE

Après une première audience avec le ministre en charge de la Fonction publique, Gérald Darmanin, qui n’avait pas permis de lever les inquiétudes suscitées par certains points du programme d’Emmanuel Macron, les récentes annonces du Gouvernement faisant suite au rapport de la Cour des Comptes ont malheureusement confirmé une nouvelle attaque contre la Fonction publique et ses agents.

Suite »

1 48 49 50