INFO-FO Animation : La suite

 Animation : La suite

FO des Municipaux accompagné d’une délégation d’agents de la logistique Animation, suite au préavis déposé pour le service, a rencontré les représentants de l’autorité territoriale concernés par le dossier.

Une fois n’est pas coutume , nous devons reconnaître que nous avons eu un rapport franc et honnête et clairement les autorités présentes ont compris le sens de la démarche des agents.

A noter également, parce que c’est assez rare , nous n’avons pas été confrontés au déni habituel sur une situation difficile pour les agents.

Conscients des problèmes rencontrés par les agents dans l’exercice de leurs missions, nos interlocuteurs s’engagent à mettre en place une concertation avec les agents et leurs représentants dans un délai très court.

La prise en compte des revendications des agents sur ce qui concerne :

       – les conditions de travail ( avec des améliorations à court terme )

       – la mise en place d’une organisation rationnelle et solide

          ( la garantie d’une présence physique du responsable de Catégorie A dans les locaux au CTM)

       – la réflexion à mener sur la spécificité de leurs missions ( notamment la question des heures sup et de la pénibilité)

Toutes ces questions seront abordées dans un esprit d’ouverture et si, clairement aujourd’hui, la principale avancée se situe au niveau de la question des délais et aussi sur la reconnaissance des difficultés réelles des agents, il n’en reste pas moins que la pression exercée était plus que nécessaire ( et elle aurait pu être évitée par une attention particulière qui a fait défaut )

Ceci étant, nous porterons une attention toute particulière à ce dossier, compte-tenu du caractère éminemment transversal de cette unité.

Enfin, du fait même de sa dénomination , cette équipe subit de plein fouet la question récurrente du positionnement respectif du politique et de l’administration, et cette question centrale devra être au cœur de la gestion de la réorganisation.

En clair, si les choix stratégiques dans l’événementiel relèvent légitimement du politique, sans la prise en compte des données objectives apportées par la compétence technique, les désordres que connaissent cette équipe perdureront.

L’action de FO ira dans ce sens pour qu’enfin les agents puissent connaître des conditions de travail décentes.

Les équipes n’iront donc pas jusqu’au blocage mais le message qu’elles délivrent doit être entendu et pris en compte, pour éviter une situation pénalisante pour les Stéphanois, de par la responsabilité des décisionnaires.

INFO-FO Animation

ÇA S’ANIME à

L’ANIMATION !

Lorsqu’une organisation syndicale dépose un préavis de grève, cela signifie qu’elle veut mettre l’administration face à ses responsabilités.
 
Cela fait des années que les collègues de la Logistique Animation subissent les conséquences d’un management ( que nous avions qualifié d’archaïque ) qui est allé jusqu’à la déviance.
 
Depuis l’ exclusion du Technicien et le départ du Directeur, ils ont été laissé à l’abandon par leur employeur et aujourd’hui, ils disent : Stop !
 
Plus de vaines promesses de concertation ( concertation et dialogue qui n’ont eu lieu que dans la tête de nos dirigeants), cela fait un an quasiment qu’ils ne voient rien venir.
 
Le projet à l’ordre du jour du CTP du 20 juin, ne reste qu’au niveau de la déclaration de principe ( certes louable ) mais ne dit rien de concret sur l’organisation.
 
Les agents demandent des conditions de travail décentes,  de la considération et le respect  qui leur est dû.
 
Chacun doit savoir que cette situation scandaleuse dans laquelle ils se trouvent , peut-être résolue par l’établissement d’un calendrier de concertation qui relève de l’administration.
Ceci étant, la situation réclame une intervention immédiate car beaucoup de questions pourraient être résolues sans même attendre l’aboutissement du dossier: celle d’un responsable d’atelier de proximité, la définition concrète du circuit de décision.
 
Si nous devions aller au conflit, cela relèvera de l’unique responsabilité de l’administration qui n’a pas dans cette affaire satisfait à ses obligations.
Pour toutes ces raisons notre organisation syndicale  » FO des Municipaux » a déposé un préavis de grève pour le mercredi 15 novembre et la balle est dans le camp des autorités.

INFO – BEP : ABUS

ABUS

FO vous a fait part dernièrement de la situation des agents de la BEP et sous la pression ( et uniquement sous la pression !) a obtenu qu’un dossier les concernant soit retiré de l’ordre du jour et qu’une véritable concertation avec les agents soit planifiée.

Véritable, car nous nous sommes rendus compte que la vision offerte par La Direction de la DPSCM aux Décisionnaires était toute personnelle et surtout totalement mensongère.

Comme dans d’autres dossiers par ailleurs, nous entendons parler de réunions fantômes, de concertation avec les agents dont il n’ existe aucune trace.

Comme si il suffisait de déclarer qu’il y a eu un dialogue pour justifier d’une réorganisation.

A cela il faut ajouter des méthodes managériales qui procèdent de la pression, de l’intimidation et d’une forme de harcèlement qui n’a bien évidemment pas lieu d’être, mais qui surtout s’exerce sans même prendre la peine de se cacher.

Depuis le mouvement de grève ( doit on le rappeler ? Légal ! ), notre délégué syndical FO et ses collègues bénéficient d’un traitement spécial de la part d’un encadrement zélé qui n’a visiblement pas apprécié que les agents exercent leur droit d’expression et osent contester la vision de leur Direction pour leur avenir.

Nous avons dans nos différentes publications, alerté les autorités sur ces pressions exercées sur les agents pour les dissuader de poursuivre la contestation, sans que cela n’entraîne un intérêt marqué de la part de nos dirigeants.

A titre d’exemple, les agents de la BEP, qui avaient affiché une photo de la « Tribune Le Progrès » symbolisant leur mouvement ont eu leur visage gribouillé, effacé, et l’origine de cette action stupide, puérile, voire violente, ne fait aucun doute.

Cela peut paraître anecdotique mais tout de même c’est inquiétant, car accepter de telles méthodes reviendrait à contester aux agents le libre exercice de l’expression démocratique, et entériner le fait qu’il serait légitime de la part de la Direction de pratiquer le management par la terreur.

Ce n’est un secret pour personne ( à part peut-être pour nos grands chefs ) que la DPSCM souffre d’un management sujet à interrogations.

Nombre de collègues, en off, s’en plaignent sans que cela ne provoque à minima un intérêt marqué de nos responsables.

Les remontées sont identiques de tous les bords, PM et administratifs.

Une fois de plus, nous devons faire le constat qu’à un certain niveau de responsabilité, on admet que les règles de conduite, le cadre, ne s ‘appliquent pas.

Cela au nom de la sacro sainte cohérence de la chaîne de commandement, qui s’apparente ni plus ni moins dans ce cas, à un grave défaut de contrôle de la part de l’employeur ( pour qui cela reste un devoir ).

Nos collègues de la BEP et au delà même , doivent savoir que notre rôle d’Organisation syndicale FO est de leur apporter le soutien qui leur est dû.

Nous n’accepterons pas l’inacceptable et veillerons à ce que les comportements hors cadre de la hiérarchie soient sanctionnés.

N’oublions pas que le fait d’être dépositaire d’une autorité et d’en abuser constitue en droit une circonstance aggravante.

Notre terrain est le social, mais FO saura le dépasser si nécessaire et porter l’affaire sur un autre plan, si nos alertes se trouvent confrontées à la surdité et au mutisme des autorités.

1 71 72 73 74